Biographie

56Quadruple médaillée olympique, Émilie Heymans est la première plongeuse au monde et première athlète canadienne à réaliser l’exploit de remporter une médaille à quatre jeux olympiques consécutifs.

Née le 14 décembre 1981 à Bruxelles en Belgique, Émilie immigre au Canada avec sa famille l’année suivante. Elle pratique d’abord la gymnastique, mais trop grande pour le sport et sous les conseils de ses entraineurs, elle se tourne vers le plongeon. Le coup de foudre est instantané et son ascension est impressionnante. En 1997, elle remporte le Championnat du monde junior, deux ans plus tard, elle revient des Jeux panaméricains avec une médaille d’or au cou. En 2000, Émilie réalise son rêve d’enfance et participe à ses premiers jeux olympiques où elle y remporte une médaille d’argent en compagnie d’Anne Montminy à la  tour de 10m . En 2002, Émilie confirme sa progression en ajoutant à son palmarès, deux médailles d’argent récoltées aux jeux du Commonwealth.

Celle qui présente déjà une feuille de route impressionnante connaît en 2003 une année de rêve et de tous les honneurs. Elle remporte le titre de championne du monde, trois médailles d’or et une d’argent aux Jeux panaméricains. Ces victoires lui vaudront la reconnaissance de ses pairs. Tour à tour, Émilie est nommée athlète de l’année au Gala Plongeon Canada, au Gala Montréalais et au Gala Sport Québec. Elle est également élue personnalité sportive de l’année par les lecteurs du journal La Presse et est finaliste du Gala Excellence La Presse présenté par Radio Canada.

Aux Jeux olympiques d’Athènes en 2004, Émilie vit un moment inoubliable en compagnie de son amie et partenaire de synchro Blythe Hartley en remportant la médaille de bronze, la première médaille de ces jeux pour le Canada. L’année post olympique fût celle de tous les changements. Émilie quitte le club de plongeon CAMO, où elle s’y entraîne depuis ses débuts, pour commencer une nouvelle collaboration avec Yihua Li, l’entraîneur du club de plongeon Pointe-Claire.

En 2006, elle gagne l’or à la Coupe Canada, le bronze aux Jeux du Commonwealth et à la Coupe du Monde FINA. La récolte est toute aussi impressionnante l’année suivante : 14e titre national d’affilé à la tour de 10m, 3e au classement final de la Série Grand Prix et 3e à la 1ère édition des Séries mondiales de plongeon. Avec sa partenaire de synchro Marie-Ève Marleau, elle gagne l’or au Grand prix d’Italie et aux Jeux panaméricains ainsi que l’argent à la Série Mondiale FINA.

186En 2008, Émilie monte sur le podium à cinq reprises lors de ses sept compétitions internationales. Ces résultats lui permettent d’aborder les Jeux olympiques de Pékin avec beaucoup de confiance. Elle y récolte d’ailleurs sa première médaille individuelle à la tour de 10m, se faufilant entre deux Chinoises pour remporter l’argent. En 2009, après seulement quelques mois d’entraînement au tremplin de 3m , Émilie parvient à remporter l’argent aux championnats du monde à Rome réussissant ainsi de façon convaincante la transition de la tour au tremplin. En 2010, Émilie débute une nouvelle collaboration avec Jennifer Abel. La paire est parfaite! Médaillée d’or au tremplin de 3m aux Jeux du Commonwealth et aux Championnats nationaux d’hiver, de bronze à la Coupe du Monde FINA et d’argent à la Série mondiale FINA, Émilie ajoute en plus deux médailles individuelles. En 2011 aux championnats du monde à Shanghai, Émilie remporte à l’épreuve du 3m synchro, la médaille d’argent avec sa partenaire Jennifer Abel. Les deux complices renouvellent l’exploit en 2012 à la Coupe du Monde Fina. Aux Jeux olympiques de Londres en 2012, en compagnie de sa partenaire Jennifer Abel, Émilie remporte à l’épreuve de 3m synchro la 1ère médaille du Canada. Elle devient ainsi la 1ère plongeuse au monde et 1ère athlète canadienne à réaliser cet exploit.

Depuis la fin de ses études, Émilie travaille au développement d’une collection de maillots de bain. Elle a eu la chance de tester ses modèles et d’en perfectionner le style et le confort. Ses maillots deviennent de plus en plus populaires auprès des plongeurs à travers le monde et c’est avec beaucoup de fierté qu’elle voit une de ses créations portée aux Jeux olympiques de Londres 2012 par le française Audrey Labeau.

Émilie désire appliquer à sa carrière professionnelle les mêmes principes qui ont fait son succès pendant sa carrière sportive. Elle s’entoure de la meilleure équipe pour ainsi, produire les meilleurs produits. Son produit est fait à 100% au Québec ce qui lui donne beaucoup de flexibilité et lui permet de répondre très rapidement à la demande. Depuis la dernière année, sa collection de maillots de bain a beaucoup fait parler dans les médias et la demande grandit de jour en jour.